• 81178 visits
  • 2027 articles
  • 20726 hearts
  • 6721 comments

05/06/2015

Les pyramides sont les dernières survivantes des 7 merveilles de l'antiquité.
Selon un ancien proverbe égyptien, datant d'avant la libération des israélites par Moïse :
« Tout craint le temps, mais le temps craint les pyramides ».

La Grande Pyramide est-elle destinée à servir de capsule temporelle pour protéger des informations importantes jusqu'au jour où une civilisation technologiquement avancée sera capable d'en ouvrir la porte ?
Elle demeure pourtant fermée, et les raisons qui l'empêchent d'être ouverte semblent ne pas être scientifiques......
▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲▲

▲▲▲Présentation. (1)

Abou Simbel & Moi. (2)
Nerfertari. (3)
Toutankhamon. (4)
Temple d' Isis. (5)
Poésie. (6)
Masques Vénitiens. (7)
Alessandro Preziosi. (8)
Poésie. (9)
Cleopatre VII. (10)
Carole Lombard. (11)
Akhenaton & Nefertiti. (12)
Temple d' Hatchepsout. (13)
Amenhotep & Tiyi I. (14)
Paco Royo. (15)
Movie Actress. (16)
J. W. Waterhouse. (17)
Dante Gabriel Rossetti. (18)
Michèle Morgan. (19)
Edward Burne Jones. (20)
Anges Eternels. (21)
Romy Schneider. (22)
Poésie. (23)
La Passion. (24)
Evelyn De Morgan. (25)
L' âme Artistique. (26)
John William Godward. (27)
Le serpend qui danse. (28)
Sue Halstenberg. (29)
Versaille à ma manière. (30)


▲▲▲Leonard De Vinci. (31)

Poèmes. (32)
Greta Garbo. (33)
Brigitte Bardot. (34.35)
Les gens De Mogador. (36)
Egypte tout L' univers. (37)
Gerard Philipe. (38)
Dalida L ' Egyptienne. (39)
Peintures Cinoises. (40)
Ingrid Bergman . (41)
Claudette Colbert. (42)
Vivien Leigh. (43)
Elizabeth Taylor. (44)
Titanic. (45.46.47.)
Monica Vitti. (48)
William Whitaker. (49)
Wang Kun. (50)
Aitziane Hacene. (51)
Les Touaregs. (52)
Vincent Romero. (53)
Angelo Asti. & autres Peintres. (54)
Jean Harlow. (55)
Sergio Martinez Cifuentes. (56)
Taras Lobodas. (57)
Art. L'orientalisme. (58)
Les yeux de l'histoire. (59)
John Galliano. Les Incroyables. (60)
Georges Armand. (61)
Pino Daeni. (62)
En Rouge & Noir. (63)


▲▲▲Le Rouge. (64)

L' Art du monde Indien. (65)
Les Dieux de l' Olympe. (66)
Claudia Cardinale. (67)
Marilyn Monroe. (68)
Les Livres. (69)
Barbara Stanwick. (70)
Mes Passions. (71)
Lillian Gish. (72)
Ava Gardner. (73)
Odysseus. (74)
Oeuvres d' Art. (75.76.77.)
Peintures Magnifiques. (78)
Sophia Loren. (79)
Gina Lollobrigida. (80)
Désert de toute beauté. (81)
L'Art Poètique . (82)
J' adore. (83)
Georges Moustaki. (84)
Jean Marais. (85)
Juliette Gréco. (86)
Natalie Wood. (87)
Que du beau. (88)
Lana Turner. (89)
Rino Stefano Tagliafierro. (90.91.)
Frédérick Arthur Bridgman. (92)
Art Oriental. (93)
Ilya Repine. (94)
Siméon Salomon. (95)
Annie Girardot & Renato Salvatori. (96.)


▲▲▲Suite Annie Girardot & Renato Salvatori. (97)

Debra Paget. (98)
Style Bohème. (99)
Elisa Di Rivombrosa. (100.101.102.)
Temple d' Hathor. (103)
Du Bleu Plein Les Yeux. (104)
Vittoria Puccini. (105)
Santiago Carbonell. (106)
Lauren Bacall. (107)
Aitziane Hacene Mon Ami. (108)
La Guetta d' Archei. (109)
Khalil Gibran. (110)
Gandhi. Citations. (111)
Simone Signoret & Yves Montand. (112)
Theda Bara. (113)
La Figlia Di Elisa. (114.115.)
Sculptures en bronze. (116)
Egypte Antique. (117)
Bette Davis. (118)
Exodus. (119)
Melina Mercouri. (120)
Irène Papas. (121)
Antiquités. (122)
Ricardo Scamarcio. (123)
Domaine de Marie-Antoinette. (124)
Michèle Mercier. (125)
La Terre Des Pharaons. (126)
Montgomery Clift. (127.128.)
Games Of Thrones. (129.130.131.)
Citations en images. (132)


▲▲▲Romina Power & Albano Carrisi. (133.134.135.)

Virna Lisi. (136.137.138.)
Couleur Ocre Orangé. (139)
Marie José Nat. (140)
Jia Lu. (141)
La Tunisie. (142)
Passion Egyptienne. (143)
Tut Le Pharaon. (144.145.146.)
C. Baudelaire Citations. (147)
Quête De La Beauté. (148)
Beautiful Art. (149)
Vincenzo Gemito. (150)
Les Eléphants. (151)
Charles Gates Sheldon. (152)
L'Egypte & l'Art. (153)
La Sculpture Italienne. (154)
W.A. Bouguereau. (155.156.157.)
Les Nus. Bouguereau. (158)
Mylène Demongeot. (159)
Ma Personnalité. (160)
Osamu Obi. (161)
Pablo Neruda. (162)
Les Vampires au Cinema. (163)
Paix & Sérénité. (164)
Clara Bow. (165.166.)
Honoré De Balzac. (167)
Marina Vlady. (168)
Marlène Dietrich. (169)
Katharine Hepburn. (170.171)
Douceur Romantique. (172)


▲▲▲La Bella et la Bestia. (173)

Arthur Rimbaud Citations. (174)
Rimbaud & Verlaine Total Eclipse. (175)
Alfred De Musset Citations. (176)
Emile Zola Citations. (177)
Leonard De Vinci Citations. (178)
Albert Camus Citations. (179)
Helena Oplakanska Poupées. (180)
Louis Aragon Poèmes. (181)
Marilyn Monroe. (182)
Pompéi. (183)
Les Tudors. (184)
Omar Khayyâm Citations. (185)
Les six femmes d'Henri VIII. (186)
Voyage en Egypte. (187)
Le château de Lavagnac. (188)
Citations & Poésies. Pier Paolo Pasolini. (189)
Dalida l'Egyptienne. (190.191.192.)
Agora. (193)
Cine immortel d'autres Cleopâtre. (194)
La momie film 1932. (195)
Danse orientale. (196.197)
Citations de Platon. (198)
Mes beaux Arts. (199.200)
Les dix commandements. (201.202.203)
L'oeuvre de Léonard Cohen. (204)
Jacques Prévert Citations. (205)
Williams Shakespeare Citations. (206)
Crimson Peak Film. (207.208.209.210.)
Marilyn Monroe Pour CHRIS. (211.212.213.)

▲▲▲Anna Akhmatova. Poétesse russe. (214)

Citations de Sophocle. (215.216.217.)
The Dove Keepers(série). (218.219.220.221.)
Envers Du Décor. (222)
L'Egypte Un Rêve Pharaonique. (223)
Citations De Jean Cocteau. (224)
Grèce Les Yeux Dans Le Bleu. (225)

Tags : Sommaire ♥

12/08/2010


« Si l'histoire véritable des pyramides est courte,
leur histoire légendaire est longue. »
Jean-Jacques Ampère.

Son origine

Khafrê (ou Khéphren ou Khafra ou Khafre ou Chafre ou Chephren) est le 4e Roi de la IVe dynastie.
Manéthon l'appelle Souphis II ou Suphis (En Grec : Χεφρήν Khéphren).
Il est le quatrième fils de Khoufou par la Reine Henoutsen et il est le demi-frère du Roi Djédefrê à qui il succède.
Il est parfois assimilé, à tort, à son frère Khoufoukhaf.
On ne sait pas pourquoi Khafrê succède à Djédefrê à la place du fils de celui-ci, Setka (ou Sethka).
Depuis le début de l'Égypte pharaonique, en règle générale, la succession se faisait de père en fils, ce changement a donc donné lieu à de nombreuses spéculations.
Ainsi, George Andrew Reisner suppose qu'après la mort de Khoufou seraient survenu des conflits familiaux et deux branches de la famille auraient combattu pour le pouvoir. Djédefrê ne serait donc pas celui qui était prévu comme héritier légitime du trône, ce qui fait qu'après son décès, c'est son demi-frère Khafrê qui aurait pris le pouvoir.
Cette hypothèse, cependant n'est étayée par aucune découverte archéologique.
Des égyptologues suggèrent que Khafrê ait éliminé Setka ?, mais il est également possible qu'à la mort de Djédefrê, Setka soit déjà décédé, de ce fait, Khéphren devenait le successeur légitime.
La question reste posée.

Sa sépulture

Après Khoufou (ou Khéops, 2551-2528), Khafrê est le deuxième Roi qui choisit Guizèh (À proximité du Caire) comme endroit pour son complexe funéraire.
Khafrê construit sa pyramide au Nord-ouest de celle de son père.
La diagonale de sa pyramide est une suite presque parfaite de la diagonale de celle de Khoufou.
Bien que la pyramide de Khafrê semble être plus grande visuellement que celle de son père, elle est en fait environ 3 m plus petite, mais elle fut construite sur un plateau plus élevé, ce qui donne cet effet d'optique.
Elle était revêtue, comme celle de Khoufou, d'un parement de calcaire de Tourah, dont il reste des traces dans la partie haute.


Sa durée de règne

Manéthon lui compte 66 ans de règne (Africanus). Le Papyrus de Turin lui en compte 20 ans.
Nous n'avons en fait, encore aujourd'hui, que très peu de références sur son règne et sa durée.
Selon Miroslav Verner, sa dernière année connue, qui est une date peinte sur le dos d'un boîtier en pierre appartenant à mastaba G 7650, serait celle où un 13e décompte du bétail, aux fins de recouvrement de l'impôt, aurait eut lieu.
Comme on ne sait pas si ce comptage avait lieu tous les ans ou tous les deux ans la durée de règne du Roi serait entre 13 et 25/26 ans, mais généralement un règne de 26 ans est accepté. Khafrê est surtout connu grâce à la construction de la deuxième pyramide de Guizèh et de nombreuses statues, parfois très bien conservées, trouvées aux alentours de cette pyramide.


Le Dieu Horus protège Khafrê
Ses constructions, sa statuaire

Khafrê serait selon certains spécialistes le bâtisseur du Grand Sphinx.
Ce dernier est un des nombreux monuments que nous considérons comme une des icônes de la civilisation Égyptienne antique.
Il se trouve au Nord-ouest du temple de vallée.
Il est surnommé par les arabes "Abou al-Hôl" "père de la terreur".
Devant le sphinx, une structure ouverte fut érigée.
Cette structure semble être très étroitement liée au sphinx et les archéologues la considèrent comme étant son temple.
Mais la fonction précise de cette structure, n'est toujours pas claire, même aujourd'hui.
Le bâtisseur même de cet ouvrage reste aussi aujourd'hui sujet à discussions.
Certains spécialistes l'attribuent à Djédefrê alors que pour d'autres c'est Khoufou le constructeur.

12/08/2010

Mykérinos,

est le nom grec du pharaon de l'Ancien empire égyptien (IVe dynastie).
Sur le Papyrus de Turin, il est appelé Menkaouré.
Il aurait régné approximativement de 2532 à 2515 avant notre ère et aurait succédé à Khéphren et précédé Chepseskaf.
On lui attribut la plus petite des trois grandes pyramides du plateau de Gizeh.

Le nom de Mykérinos.

Comme celui de son père Khéphren et celui de son grand père Khéops, reste attaché à l'édification d'une des trois grandes pyramides de Guizeh.
Nous ignorons presque tout des événements qui marquent son règne.
Le papyrus de Turin indique qu'il aurait régné dix-huit années avant de céder le trône à son fils Shepseskaf, le dernier roi de la IVe dynastie. Hérodote brosse de lui le portrait d'un roi libéral et soucieux d'équité.
Il aurait ainsi de lui-même pris la décision de bâtir une pyramide de dimensions beaucoup plus modestes pour ménager son peuple, l'anecdote reste toutefois peu vérifiable.
Cette pyramide, qui s'élève à l'extrémité Sud du plateau de Guizeh, ne représente qu'un dixième du volume de la pyramide de Khéops (hauteur 66 m , côté 108 m).
Des vestiges du temple funéraire érigé au pied de la pyramide donnent la mesure de la perfection que les architectes de Mykérinos ont recherchée dans la mise en ½uvre de la construction.
Certains blocs, appareillés à joints vifs, atteignent en effet le poids de 200 tonnes.
Beaucoup de sculptures proviennent de ce complexe funéraire, statues du roi en majesté et triades le représentant debout avec la déesse Hathor et des personnifications des nomes d'Egypte.
Le règne de Mykérinos, riche de réalisations monumentales, clôt dans l'art égyptien le chapitre des grandes pyramides.

Détail de la triade de MYKERINOS

Celui-ci, au centre, porte la couronne blanche,de la Haute Egypte.
IL est entouré, à sa droite de la déesse HATHOR et à sa gauche par une déesse représentant le 17ème nome, de Haute Egypte.
IL est évident qu' il ne s' agit que d' une triade du roi MYKERINOS.
Ici Hathor associé au roi, représente la fertilité.
Tandis que la déesse locale représente le nome, d' appartenance ou le culte royal est rendu.




Les Pyramides

Comme au milieu des mers d'immobiles vaisseaux,
Depuis des milliers d'ans vous dormez dans vos sables,
Et sur vos fronts, pour vous créer impérissables,
La force et le génie ont imprimé leurs sceaux.

Vainement la lumière, en radieux faisceaux,
Pleut sur vous, vos secrets restent insaisissables.
L'antiquité, voyant vos traits ineffaçables,
Croirait se réveiller auprès de vos berceaux.

Avec l'âge qui vient, ô monuments austères !
Vous cachez plus avant vos étranges mystères,
Et vous portez plus haut des fronts plus solennels.

Mais bientôt l'homme, hélas ! disparaît, quoi qu'il fasse,
Et le nom de ces rois qui vous font éternels,
Avec l'âge qui vient de plus en plus s'efface.

Léon-Pamphile LE May

12/08/2010

Pourquoi est ce une merveille antique ?

Khéops est le témoignage extraordinaire du génie humain car elle était immense et impressionnante pour l'époque.
Même de nos jours, elle reste l'une des plus grandes constructions humaines.
Tel un aigle sur le Nil

Aigle majestueux et fier
Tu parcoures le ciel et tu erres
De tes belles ailes déployées
Sur mon nuage bleu azuré !

Tu as planté ta force tel un emblème
Dans ce coeur souvent bohème,
Sur ma terre d'argile
Un peu trop fragile !

Je t'écoute toujours à distance
Même dans le plus grand silence
Tu planes sur ma vie tranquille
Comme un aigle sur le Nil.

Que tu sois Aigle royal ou pas
Tes serres acérées sont tendres pour moi,
Ton souffle épuré est amour et allégresse
Ton regard m'insuffle ton ivresse !

Sage gardien de mes jours au présent
Tu me protèges de tous les vents,
Viens frapper à la porte de mon coeur,
Il t'attend pour t'envahir de bonheur !!


« – Et moi, cria Khéops, je suis l'éternité.
Et je vis, à travers le crépuscule humide,
Apparaître la haute et sombre pyramide. »
Victor Hugo.
La pyramide de Khéops.

Aux portes de la ville du Caire, en Egypte, se dresse la plus ancienne et la seule survivante des sept merveilles du monde antique.
Il s'agit de la pyramide de Khéops située à Gizeh près de deux autres plus petites.
Khephren et Mykérinos.
On estime que Khéops fut construite aux alentours de 2800 av. J.-C mais l'incertitude concernant cette date reste importante.
Cette pyramide aurait été dessinée par Imhotep, architecte égyptien de la IIIe dynastie de l'ancienne Égypte.
Les Egyptiens atteignirent la perfection en construisant le monument que se fit élever le pharaon Khéops et que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de grande pyramide de Gizeh.
En effet, il désirait pour lui-même une sépulture capable de défier le temps.
Un tombeau gigantesque, inviolable qui conserverait sa divine dépouille pour l'éternité...
Exceptionnelle, cette pyramide l'est par ses dimensions (232 m de large et 146 m de haut) et par ses aménagements intérieurs , pas moins de trois chambres, dont deux construites dans la masse de pierre.
Pour mener à la chambre du roi, une galerie longue de 47 m et haute de 8,50 m fut imaginée.
Afin de procéder à l'édification de sa monumentale ambition, Kheops fit même apporter des pierres extraites des montagnes d'Arabie qui furent chargées sur des bateaux pour descendre le Nil jusqu'à Gizeh.
Cet ensemble de pyramides fut élevé par des milliers de personnes issues de la population Egyptienne.
Par ces constructions, ils ont prouvé leur puissance que nous pouvons encore reconnaître de nos jours en observant ces pyramides à Gizeh.
Ironie du sort.

La seule image qu'on ait de Khéops est cette petite statuette en ivoire de 9cm de haut, trouvée en 1903 à Abydos.
Le pharaon est coiffé de la couronne rouge de la Basse-Egypte.
Cette statue est exposée au musée du Caire.

Le Feu du ciel " - Les Orientales (1829)

L'Égypte ! - Elle étalait, toute blonde d'épis,
Ses champs, bariolés comme un riche tapis,
Plaines que des plaines prolongent ;
L'eau vaste et froide au nord, au sud le sable ardent
Se disputent l'Égypte ; elle rit cependant
Entre ces deux qui la rongent

Trois monts* bâtis par l'homme au loin perçaient les cieux
D'un triple angle de marbre, et dérobaient aux yeux
Leurs bases de cendre inondées ;
Et, de leur faîte aigu jusqu'aux sables dorés,
Allaient s'élargissant leurs monstrueux degrés,
Faits pour des pas de six coudées.

Un sphinx de granit rose, un dieu de marbre vert,
Les gardaient, sans qu'il fût vent de flamme au désert
Qui leur fît baisser la paupière.
Des vaisseaux au flanc large entraient dans un grand port.
Une ville géante, assise sur le bord,
Baignait dans l'eau ses pieds de pierre.

On entendait mugir le semoun meurtrier,
Et sur les cailloux blancs les écailles crier
Sous le ventre des crocodiles.
Les obélisques gris s'élançaient d'un seul jet.
Comme une peau de tigre, au couchant s'allongeait
Le Nil jaune, tacheté d'îles.

L'astre-roi se couchait. Calme, à l'abri du vent,
La mer réfléchissait ce globe d'or vivant,
Ce monde, âme et flambeau du nôtre ;
Et dans le ciel rougeâtre et dans les flots vermeils,
Comme deux rois amis, on voyait deux soleils
Venir au-devant l'un de l'autre

"Poème écrit par Victor Hugo décrivant la nécropole de Gizeh et ses trois grandes pyramides"
Son origine

Khoufou (ou Khufu ou Chufu ou Khéops en Grec) est un Roi de la IVe dynastie.
Il est appelé par Manéthon, Souphis I ou Suphis.
Il est généralement admis par la majorité des spécialistes comme un des fils de Snéfrou par la Reine Hetephérès I.
Certains égyptologues pensent qu'il est arrivé au pouvoir après la mort de son demi-frère Ka-Néfer qui devait être l'aîné.
En réalité le fait que son père soit Snéfrou n'est pas absolument clair, ce qui a laissé une grande liberté à diverses extrapolations.
Le règne de Khoufou est assez mal connu.
Ce Roi est surtout entré dans la postérité grâce à sa pyramide et son complexe funéraire.
Il poursuit la politique conséquente de son père pour la production des mines de cuivre et de turquoise (Sinaï, Nubie) et des mines de diorite près d'Abou Simbel.
C'est l'apogée de l'État et il est frappant de constater que les plus hautes fonctions sont tenues par des membres de la famille royale.
Cette tendance avait été amorcée sous les règnes précédents et notamment celui de Snéfrou, mais elle prend une ampleur extraordinaire sous Khoufou.
LES PYRAMYDES

VICTOR HUGO

Et, comme dans un ch½ur les strophes s'accélèrent,
Toutes ces voix dans l'ombre obscure se mêlèrent.
Les jardins de Bélus répétèrent : Les jours
Nous versent les rayons, les parfums, les amours ;
Le printemps immortel, c'est nous, nous seuls ; nous sommes
La joie épanouie en roses sur les hommes.
Le mausolée altier dit : Je suis la douleur ;
Je suis le marbre, auguste en sa sainte pâleur ;
Cieux ! je suis le grand trône et le grand mausolée ;
Contemplez-moi. Je pleure une larme étoilée.
La sagesse, c'est moi, dit le phare marin ;
Je suis la force, dit le colosse d'airain ;
Et l'olympien dit : Moi, je suis la puissance.
Et le temple d'Éphèse, autel que l'âme encense,
Fronton qu'adore l'art, dit : Je suis la beauté.
Et moi, cria Chéops, je suis l'éternité.
Et je vis, à travers le crépuscule humide,
Apparaître la haute et sombre pyramide.

Superposant au fond des espaces béants
Les mille angles confus de ses degrés géants,
Elle se dressait, blême et terrible, étagée
De plus de plis brumeux que l'âpre mer Égée,
Et sur ses flots, jamais par le vent secoués,
Avait au lieu d'esquifs les siècles échoués.
Elle était là, montagne humaine ; et sa stature,
Monstrueuse, donnait du trouble à la nature ;
Son vaste cône d'ombre éclipsait l'horizon ;
Les troupeaux des vapeurs lui laissaient leur toison ;
Le désert sous sa base était comme une table ;
Elle montait aux cieux, escalier redoutable
D'on ne sait quelle entrée étrange de la nuit ;
Son bloc fatal semblait de ténèbres construit ;
Derrière elle, au milieu des palmiers et des sables,
On en voyait surgir deux autres, formidables ;
Mais, comme les coteaux devant le Pélion,
Comme les lionceaux à côté du lion,
Elles restaient en bas, et ces deux pyramides
Semblaient près de Chéops petites et timides ;
Au-dessus de Chéops planaient, allant, venant,
Jetant parfois de l'ombre à tout un continent,
Des aigles effrayants ayant la forme humaine ;
Et des foules sans nom éparses dans la plaine,
Dans de vagues cités dont on voyait les tours,
S'écriaient, chaque fois qu'un de ces noirs vautours
Passait, hérissé, fauve et sanglant, dans la bise :
Voilà Cyrus ! Voilà Rhamsès ! Voilà Cambyse !
Et ces spectres ailés secouaient dans les airs
Des lambeaux flamboyants de lumière et d'éclairs,
Comme si, dans les cieux, faisant à Dieu la guerre,
Ils avaient arraché des haillons au tonnerre.
Chéops les regardait passer sans s'émouvoir.
Un brouillard la cachait tout en la laissant voir ;
L'obscure histoire était sur ses marches gravée ;
Les sphinx dans ses caveaux déposaient leur couvée ;
Les ans fuyaient, les vents soufflaient ; le monument
Méditait, immobile et triste, et, par moment,
Toute l'humanité, comme une fourmilière,
Satrape au sceptre d'or, prêtre au thyrse de lierre,
Rois, peuples, légions, combats, trônes croulants,
Était subitement visible sur ses flancs
Dans quelque déchirure immense des nuées.
Tout flottait sur sa base en ombres dénouées ;
Et Chéops répéta : Je suis l'éternité.

Ainsi parlent, le soir, dans la molle clarté,
Ces monuments, les sept étonnements de l'homme.
La nuit vient, et s'étend d'Elinunte à Sodome,
Ouvrant son aile où vont s'endormir tour à tour
L'onde avec son rocher, la ville avec sa tour ;
Elle élargit sa brume où le silence pèse ;
Les voix et les rumeurs expirent ; tout s'apaise,
Tout bruit s'éteint, à Rhode, en Élide, au Delta,
Tout cesse.

10/08/2010

LE CODE MYSTÉRIEUX DES PYRAMIDES

Qui sait ?
Peut-être avaient-ils raison peut-être avons-nous besoin que l'on nous rappelle sans cesse que nous faisons partie intégrante du cosmos, et que nous sommes tous sur cette planète des êtres cosmiques voués au même dessein cosmique.
En tout cas, mieux vaut penser ainsi que de se jeter des bombes.
Tout passe, tout casse, tout s'efface.
Hemiunu assis.

Gizeh; quatrième dynastie, règne de Khéops plus tard environ 2540 avant notre ère.
Heminun était le fils de Nefermaat je et Atet et le petit-fils de Snéfrou .

«Membre de l'élite, haut fonctionnaire, vizir, joint le porteur du roi, préposé de Nekhen, et porte-parole de tous les résidents de Pe, prêtre de Bastet , prêtre de Shesmetet, prêtre de l' Ram de Mendes , Gardien de la taureau Apis , gardien du Taureau blanc, que son maître, aime, aîné du palais, grand prêtre de Thot , que son maître, aime, courtisan, le Surveillant des scribes royaux, prêtre de la panthère déesse, Directeur de Musique de Sud et du Nord, le gardien de tous les projets de construction du roi, [petit] fils du roi de son propre corps ».
Il était le superviseur en charge de la construction du lieu de sépulture des pharaons.
En conséquence, il est souvent crédité comme l'architecte responsable de la Grande Pyramide de Khéops .
Il a été enterré dans un mastaba près de la pyramide.
Hemiunu était une des personnes les plus importantes de l'Ancien Empire.

Une longue liste de ses titres est incrusté dans les pâtes désormais partiellement décolorées sur la base de la statue.
Il nomme lui-même «le fils du roi de son propre corps", mais il est peut-être le neveu de Khéops plutôt que son fils et cite de nombreux rôles sacerdotales et hautes fonctions administratives, y compris
"Surveillant de chaque projet de construction de la nature».
Un titre qui est aujourd'hui souvent comprise comme un architecte.
À ce titre, Hemiunu aurait supervisé la construction de la Grande Pyramide de Khéops ainsi que ce portrait remarquable.
La statue a été à l'origine peint.
La forme des yeux et du nez, gravement endommagés par des voleurs antiques, a été restauré.
Les yeux étaient autrefois incrustés dans des cadres d'or avec cristal de roche et auraient montré d'une manière réaliste.
Hemiunu était un constructeur sage.

Il s'inquiétait toujours sur le règlement imprévisible tard pour annuler son projet, audacieux au-dessus de toute limite, plus de l'enseignement de son père.
Ayant compris que le principal problème était la friabilité du substratum rocheux, Hemiunu a choisi la plus grande des trois collines de calcaire dans la région de Gizeh, en supprimant le substrat externe molle, de construire sur elle son chef-d'½uvre de manière à ce que sa pyramide est inséré dans le top rocheux de la colline.

10/08/2010

Edfou

Le site Située sur la rive ouest du Nil, à une centaine de kilomètres au sud de Louxor, Edfou, ancienne capitale du second nome d'Égypte, doit sa célébrité à son temple dédié à Horus de Behedet, le plus grand après Karnak et le mieux conservé d'Égypte.
La ville fut d'abord appelée Djebaou ("la ville du Flotteur") puis Atbô en copte.
Les Grecs qui avaient identifié Horus avec Apollon lui donnèrent le nom d'Apollonopolis Magna.
Située dans une région particulièrement riche en blé, elle se trouvait au débouché des pistes caravanières venant du désert et des mines d'or de Nubie.
Le sanctuaire doit son excellent état de conservation au sable qui l'avait pratiquement enseveli.
Les gravures du début du XIXe siècle nous le représentent littéralement recouvert de maisons arabes en briques crues construites depuis le Moyen Age.
Ce temple ptolémaïque fut élevé sur un sanctuaire plus ancien dans la plus pure tradition pharaonique.

Tout autour du temple, ces hauts murs, complètement couverts d' hiéroglyphes donnent vie à un labyrinthe ou le temps pourrait se perdre...
Et cet homme, assis là, est ce un mirage ?
Depuis quand est-il posté là ?
Laissez courir votre imagination !!!.....

10/08/2010

La toute première pyramide construite est celle du pharaon Djéser (ou Zoser).

C'est une pyramide à degrés, elle se trouve dans la nécropole de Saqqarah, sur la rive gauche du Nil.
Depuis les temps les plus anciens, les Egyptiens établirent leurs "villes d'éternité" (cimetières) en-dehors des villes, à l'ouest des lieux habités. "Là où le soleil disparaît", en limite du désert, sur le plateau, pour éviter les crues du Nil.
En Egypte, la vie des hommes suit donc la course du soleil, ils naissent et vivent du côté de l'orient (rive droite du Nil) et meurent du côté du soleil couchant (rive gauche du Nil).
Le Pharaon Djoser

Le pharaon de la pyramide à degrés
De son vivant, il était seulement connu sous le nom de Netjerikhet, " divin de corps ".
Les deux premières lettres de DJéser (son nom grec) se retrouvent dans d'autres noms de pharaons (Djet, Djésertéti, Djédefrê...).
Djéser a dû régner pendant 19 ans.
Djéser est le premier pharaon de l'Ancien Empire a avoir laissé des traces tangibles, c'est le pharaon le plus célèbre de la IIIème dynastie.
Sa première tâche est de créer une nouvelle capitale à Memphis pour remplacer Abydos (This était la capitale et Abydos la nécropole royale lors des deux premières dynasties).
Puis, rompant avec les traditions, il abandonne son mastaba funéraire en construction près d'Abydos et fait construire à Saqqarah le premier monument de pierre.
La première pyramide, véritable complexe architectural entouré de murailles dont l'escalier doit permettre de conduire l'âme du roi au ciel pour se transformer en lumière.
Imhotep

Est surtout connu comme l'architecte qui conçut la pyramide à degrés et le surintendant des travaux du complexe funéraire de Djéser à Saqqarah.
A ce titre, il est le premier à avoir construit un monument en pierre de taille, il inventa ainsi l'architecture monumentale durable.
Haut-fonctionnaire sous le règne de Djéser, il avait aussi le titre de vizir.
Une inscription trouvée sur le socle d'une statue de Djéser à Saqqarah le décrit ainsi.
" le chancelier du roi de Basse-Egypte, administrateur du grand palais, noble héréditaire, grand-prêtre d'Héliopolis, Imhotep, le constructeur, le sculpteur, le fabricant de vases de pierre ".
Imhotep était aussi grand prêtre du culte du Soleil , médecin et écrivain.

Cette statue du roi Djéser a été trouvée par l'Anglais Cecil M. Firth dans le serdâb accolé à sa pyramide, c'est la plus ancienne statue égyptienne connue en grandeur réelle (la statue est actuellement au musée du Caire).
La sculpture de la statue de Djéser, trône compris, est taillée dans un seul bloc de calcaire carré.
La statue est majestueuse et solennelle, un sentiment de domination, de puissance et de force surhumaine s'en dégage.
Le pharaon, assis sur son trône, est habillé du manteau de la cérémonie du jubilé, il semble figé dans une pose qui lui confère de l'éternité. Son visage est très austère et sculpté avec précision : pommettes hautes, lèvres charnues, moustache bien taillée, yeux creusés (originellement incrustés de cristal de roche).
Il porte les symboles d'éternité du pharaon : la barbe postiche et l'épaisse perruque recouverte d'un tissu rayé : le némès.
Le poing droit est fermé, posé sur la poitrine, il tient la croix de vie; l'autre main est tendue vers la nourriture déposée sur la table des offrandes.

Le socle de la statue porte des inscriptions en hiéroglyphes :
"Nysout-bity" "roi de Haute et Basse-Egypte".
"Nebty" "les Deux Maîtresses", il s'agit des représentantes des deux Terres.
La déesse-cobra Ouadjet de Bouto dans le delta pour la Basse Egypte et de la déesses vautour Nekhbet de la cité du sud d'el Kab, incarnation de la Haute-Egypte.
"Nétjerkhet" "Divin de corps".

10/08/2010

j' ai été et demeure une source de mystères
Depuis combien de temps suis-je sur cette terre ?
Quel est ce Dieu, cet homme ou autre Pharaon
Dont on me prête les traits ; Qui m' a donné ce nom ?
Je suis celui qui veille depuis des millénaires
Taillé en un seul bloc, dans une crete de calcaire
Je suis orienté face, vers l' orient
Et peux donc contempler, l' Astre à son levant
Le sable du désert m' avait enseveli
Seule ma tete encore, me gardait de l' oubli
Un jour, un jeune prince s' en venant de chasser
Exténué, fourbu par la longue équipée
A l' ombre de mon "Némés", vint chercher le repos
Dans la vaste étendue, il s' endormit bientot
Exploitant son sommeil, je lui apparus en songe
Le prévins que mon corps, que cette dune ronge
Etait depuis des siècles, recouvert par les vents
Je lui offrais le pouvoir ! contre mon aspect d' antan
Lui demandant dès lors, que son front serait ceint
De la "Double Couronne", d' oeuvrer à mon dessein
Accomplir mon désir de désensablement
Pour qu' apparaisse mon corps, couvert indignement
J' ai tenu ma promesse, il a tenu, la sienne
C' est donc à Thoutmosis, "Dynastie dix huitième"
Que vous devez de voir en intégralité
Ma stature colossale au plateau de "Guisèh"

Le Sphinx

Il se dresse fièrement devant les pyramides de Guizeh.
Long de 73 mètres, haut de 20 mètres et large de 14 mètres, il a été taillé dans la roche il y a 4500 ans sous le règne du pharaon Khéphren, dont il est sans doute un représentation divinisé.
C'est un immense statue de lion à visage humain tourné vers l'Est.
Il est le gardien de la nécropole funéraire de Khéphren.
Il veille sur la plus grande nécropole royale de l'ancienne Egypte.
C'est le plus grand de tous les sphinx égyptiens.

Son visage fut endommagé non pas par les troupes napoléoniennes, mais par des tirs mamelouks et par un cheikh qui ordonna de détruire son sourire jugé "païen".

Autrefois le visage du sphinx était plus fin et réhaussé de couleurs vives, constitué de calcaire marneux, malheureusement fragile et sensible à l'humidité, c'est pourquoi sa physionomie à beaucoup changé depuis sa construction.

Ce sphinx Royal, sévère et inacessible appartient au grand pharaon Khéphren.
Cette gigantesque statut est le plus célèbre de la planète.
Avec son corps de lion surmonté d'une tête de pharaon, le sphinx a une hauteur de 20 mètres et une largueur de 73 mètres.
Son apparence en fait une créature mythique sculpter dans le roc, provocant la curiosité et l'inquiétude du monde antique.
Son rôle est de protéger les pyramides de l'ensemble architecturaux de Kheops,
Khéphren et Mykérinos.
L'uraeus ornant son front et la barbe postiche ont disparues, il ne reste plus qu'aujourd'hui des insignes de la dignité pharaonique.
La coiffe royale.

10/08/2010

Temple de Sobek et Haroëris
Un couloir extérieur, sorte de déambulatoire, s'amorce au niveau des murs bahuts de la façade du temple pour ensuite envelopper le temple.
Ce couloir est formé par le mur de l'enceinte intérieure et le mur de l'enceinte extérieure.
Couloir extérieur côté Nord.

Au-dessus de la longue frise des cartouches forteresses, une gravure nous montre le roi accompagné d'un lion et massacrant les ennemis.
Du roi il ne subsiste qu'une jambe, les ennemis sont agenouillés, ils tournent le dos au lion.
Le roi porte une chaussure, fait rare sur les représentation des temples.
Le temple de Kom Ombo est un peu le double temple construit pendant la dynastie ptolémaïque en Egypte ville de Kom Ombo .
Quelques ajouts à elle, furent plus tard au cours de la période romaine.
Le bâtiment est unique parce que sa conception «double» signifiait qu'il y avait des tribunaux, des salles, des sanctuaires et des chambres doubles pour deux ensembles de dieux.
La moitié sud du temple a été dédié à la dieu crocodile Sobek , dieu de la fertilité et créateur du monde avec Hathor et Khonsou.
Pendant ce temps, la partie nord du temple a été dédié au dieu faucon Haroeris , également connu sous le nom d'Horus l'Ancien, le long avec Tasenetnofret (la bonne s½ur, une forme particulière de Hathor) et Panebtawy (Seigneur des Deux Terres).
Le temple est atypique parce que tout est parfaitement symétrique le long de l'axe principal.